Paul ICARD

Hommage à Paul ICARD, fondateur de l’ISC Paris en 1962

La fondation de l’ISC Paris, un acte singulier d’entrepreneuriat académique qui signe l’identité profonde de l’établissement !

Par Tamym ABDESSEMED
Professeur de stratégie, Directeur général adjoint de l’ISC Paris

Télécharger l’article au format PDF

Alors que l’ISC Paris vient d’inaugurer au milieu de ses diplômes de toute génération, le buste de son fondateur, Paul ICARD, le jeudi 23 novembre dernier, il est intéressant de se rappeler et de comprendre la genèse de son projet éducatif, afin d’en mesurer la singularité, la force, l’impact et la pérennité.

Inauguration du buste de Paul ICARD

Le 23 novembre 2017, la Direction Générale de l’ISC Paris inaugurait le buste de Paul ICARD, fondateur de l’école en 1962

En effet, alors que la plupart des « écoles de commerce et de management » doivent leur naissance à des institutions établies, le plus souvent des chambres de commerce et d’industrie, mais pas toujours (certaines d’entre elles sont le fruit d’une collectivité territoriale (une ville) ou d’une volonté partagée entre par exemple une Université et une Chambre de commerce, celle de l’ISC Paris tient à la personnalité et à la trajectoire d’un homme : Paul ICARD.

Né en 1899 dans les Alpes-Maritimes et décédé en 1994 dans le Var, ce dernier est d’abord un enseignant : professeur des écoles issu de l’Ecole Normale de Nice, il exerce dans les années 20 en France et au Maroc puis dirige ensuite l’entreprise de maçonnerie familiale à Nice. Enseignant et manager donc.

Un peu plus tard, il monte à Paris pour s’initier à la peinture et à l’art et devient l’élève de Francis Picabia, pionnier de l’art abstrait et chef de file de l’école dadaïste, il est très influencé par Picasso. Il peint beaucoup et avec talent. Enseignant, manager et artiste donc.

Cette trajectoire le conduit vite à réfléchir sur lui-même et son parcours personnel, le conduisant à se passionner pour le comportement humain et donc la psychologie. C’est pourquoi en parallèle de sa vie de peintre, il va suivre en Sorbonne des cours de psychologie en débutant d’abord puis ce sont les cours dispensés par Freud dans les années quarante. Enseignant, manager, artiste, « psychologique » donc.

Enrichi de toutes ces vies, il revient vers l’entreprise et devient le directeur du personnel du Printemps, activité de management opérationnel qui nourrit sa réflexion au point de publier un livre « Le service du personnel et la psychologie de l’homme au travail. La psychologie de l’employé des bureaux et des magasins ». Enseignant, manager, artiste, « psychologique », auteur.

Cette avancée le conduit alors vers 1947 à fonder l’IPIC, l’Institut de Psychologie Industrielle et Commerciale, afin de former des dirigeants d’entreprise adaptés aux défis de l’entreprise en favorisant de nouveaux comportements.

Poursuivant sa démarche qu’il a intellectualisée puis mise en pratique, il décide en 1962 de créer l’ISC Paris avec le soutien de quelques hommes dont il emporte l’adhésion et qui sont à la tête des plus grands groupes français (Cie Saint-Gobain, Air Liquide, Lapeyre …) mais aussi de conseils, experts et proches collaborateurs.

Enseignant, manager, artiste, « psychologique », auteur, entrepreneur académique donc.

Buste de Paul ICARD

Buste de Paul ICARD, fondateur de l’ISC Paris en 1962

Selon Jean-Pierre BARADE, intervenu avec émotion lors de l’inauguration, Paul ICARD disait que l’ISC Paris a pour vocation « la sélection et la formation d’une jeune élite à l’entreprise de demain, une entreprise « être vivant », une entreprise communicante, ouverte sur le monde extérieur, capable de s’adapter partout et à toutes les situations, c’est-à-dire d’observer, d’analyser les besoins, de faire des plans et des choix, d’entraîner les hommes ». C’est dans ce cadre qu’il a diffusé un modèle de formation donnant une large place à l’immersion en entreprise, ce qu’ensuite nous avons appelé « stages » chez nous en France et bien ailleurs encore.

À bien y regarder de près, cet homme aux multiples talents qui savait tout faire et bien, avait déjà tout inventé en matière de formation de haut niveau en management, bien avant qu’on le formalisât.

« Professionnellement qualifié » de par ses activités de manager, il l’était. « Académiquement qualifié », de par sa démarche intellectuelle fondée sur l’observation puis l’analyse et l’expérimentation, il l’était pleinement : le titre de son ouvrage est du reste celui d’une thèse … en management, au sens d’aujourd’hui, de par ce qu’il cherchait à comprendre et à formaliser. Entrepreneur académique innovant, il l’était aussi et dans ce cadre avait été amené à faire ce que l’on a plus tard décrit dans le manuel des accréditations comme étant « la mission d’un établissement ». Bien avant qu’on en parle dans nos milieux qui se sont beaucoup standardisés depuis !

Ainsi, l’ISC Paris doit donc son projet institutionnel à la vision d’un homme, à sa volonté, à sa détermination, à sa curiosité personnelle mais aussi à sa capacité à entreprendre autour d’une idée qu’il a su intellectualiser, incarner puis partager en la dotant de « parties prenantes » dirait-on en langage moderne.

Rien de ce projet visionnaire n’a vieilli, il est au contraire particulièrement contemporain et fait l’essence de notre démarche autour de la transformation des étudiants et de leur préparation à des comportements professionnels adaptatifs en se nourrissant de réflexion, d’action et d’ouverture. En promouvant un environnement qui les rende foncièrement entrepreneurs où qu’ils soient : dans les cours, dans les associations, dans les entreprises, dans leurs entreprises, dans leurs créations plus généralement.

C’est pourquoi l’inspiration fondatrice de Paul ICARD devra animer encore longtemps notre communauté éducative, qu’il s’agisse de nos partenaires, de nos professeurs ou de nos étudiants de tous horizons pour former des femmes et des hommes agiles dans leur pensée, dans leur action, dans leur sensibilité comme dans leur aptitude à collaborer et à se projeter.

Télécharger l’article au format PDF

ISC Paris, le 6 décembre 2017