Accueil > Faculté & Recherche > Recherche > Les Dossiers de la Recherche > Dossier de la Recherche – Septembre 2018 > Vie du laboratoire de recherche > Jeu de cartes et collecte de données qualitatives : lorsque le ludique s’invite à la table de la dynamique exploratoire

Jeu de cartes et collecte de données qualitatives : lorsque le ludique s’invite à la table de la dynamique exploratoire

Par David Moriez

Dans le cadre de mes travaux de thèse portant les valeurs individuelles des différentes générations au travail, les répondants étaient invités à s’appuyer sur un méta-inventaire de 63 valeurs individuelles publiées dans les différents outils psychométriques* d’analyse des valeurs des origines à nos jours. La liste alphabétique s’est rapidement révélée insatisfaisante. Autrement dit, les psychologues ont démontré que l’ordre des possibilités de réponse exerce une influence et crée un biais cognitif**. Plus précisément, au milieu des années 40, le psychologue Solomon Asch a mis en évidence l’effet de primauté des items qui apparaissent en début et fin de liste.

Un exemple concret est la mémorisation d’une longue liste de mots ; le sujet aura plus de difficultés à se souvenir des mots du milieu de la liste que de ceux du début et de la fin de la liste. Il était donc nécessaire de réduire le biais cognitif lié à l’ordre alphabétique des possibilités de réponse en créant un outil de recueil des données original.

Le jeu de cartes des valeurs individuelles

Je me suis procuré un jeu de cartes vierges dans un magasin spécialisé. Chacune des 63 valeurs a été inscrite au marqueur sur les deux faces de chacune des 63 cartes. Le jeu complet était remis au répondant au début de l’entretien. Le répondant était invité à les manipuler de manière totalement libre. Présentées de manière dynamique, les cartes se retrouvaient mélangées de façon aléatoire. L’effet de primauté et l’effet de liste étaient supprimés. Plus précisément, les répondants ne pouvaient pas déterminer le premier ou le dernier item de la liste et l’influence des items dont l’initiale est en début d’alphabet (exemples : a-mour, a-mbition) était annulée.

L’ensemble des valeurs restait toutefois visible puisque chacune des 63 valeurs était reproduite sur les deux faces de chacune des 63 cartes. Nous avons donc contourné l’effet d’ancrage*** de la mémoire à long terme (MLT) produit par la représentation ordonnée et répétée (et donc biaisée) de la réalité. Nous avons également introduit une dimension ludique à la collecte et contourné les effets de peur liée à la charge émotive, affective et/ou sociale de certaines valeurs qui entraînent des réactions de défense ou d’influence dans les réponses (conformisme, désirabilité sociale…).

Draperi, J-F, (2016), Parcourir sa vie : Se former à l’autobiographie raisonnée, Presses de l’Economie Sociale, 2e Edition, 217 pages

Glossaire

* La psychométrie est un domaine d’étude qui concerne la théorie et la méthodologie de construction et d’utilisation des échelles de mesure des caractéristiques mentales. Celles-ci peuvent être des connaissances, des traits de personnalité ou encore des composantes de la cognition, comme le langage, l’intelligence ou la mémoire. [source : Universalis]

** Un biais cognitif est un schéma de pensée trompeur et faussement logique. Cette forme de pensée permet à l’individu de porter un jugement, ou de prendre une décision rapidement. Les biais cognitifs influencent nos choix, en particulier lorsqu’il faut gérer une quantité d’informations importantes ou que le temps est limité. Il se produit ainsi une forme de dysfonctionnement dans le raisonnement. [source : Usabilis]

*** L’effet d’ ancrage est également connu comme effet de focalisation. Ce biais cognitif est un phénomène psychologique qui affirme que la première information que nous recevons sur un sujet spécifique sera celle que nous prendrons comme base pour mémoriser. Ce sera également celle qui influencera les décisions ultérieures. [source : nospensees.fr]

>>> Retour <<<